« La Lettre à Helga », de Bergsveinn Birgisson

livre_l_572074Présentation de l’éditeur : Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible. Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d’attention émerveillée à la nature sauvage.

birgisson-bergsveinn-347AuteurBergsveinn Birgisson est né en 1971. Titulaire d’un doctorat en littérature médiévale scandinave, il porte la mémoire des histoires que lui racontait son grand-père, lui-même éleveur et pêcheur dans le nord-ouest de l’Islande.

Mon avis : très beau roman.

Après avoir tant entendu parler de ce roman en termes élogieux, j’avais hâte de me plonger à mon tour dans cette histoire. Je dois avouer avoir mis beaucoup de temps avant de me laisser attendrir, et comme ce roman ne fait que 130 pages, vous imaginez que ce n’est arrivé que vers la fin.

Bjarni vivait dans une ferme de village, isolée, comme toutes les fermes. Les habitants se connaissent tous, et quand une rumeur court, elle se propage à la vitesse de l’éclair. Ainsi est née la rumeur que Bjarni et Helga, la plus proche voisine (mariée), avaient forniqué dans un coin car ils avaient un jour tardé à rejoindre leurs compagnons du village.

Oh oui, au départ ce n’était qu’une rumeur ! Mais quitte à se prendre des remarques de sa femme et pâtir de la situation sans n’avoir rien fait, autant le faire. Et c’est ainsi que Bjarni et Helga vécurent une histoire passionnelle, charnelle et amoureuse. Jusqu’à ce qu’il faille faire un choix.

Et c’est justement ce choix qui m’a plu. Bjarni est un homme de la terre ; de la mer ; de la nature sauvage, animale. Il est très attaché à son mode de vie, qui est plus qu’une préférence, c’est ancré en lui. Alors quand l’Amour le contraint de choisir, il ne peut se résoudre à quitter sa terre. Quarante ans après, c’est ce qu’il essaye d’expliquer à Helga au cours de cette longue lettre que forme le roman.

J’ai mis le temps mais j’ai finalement été très touchée par l’histoire ce cet homme, qui a sacrifié son amour et son bonheur pour rester fidèle à sa condition d’homme de la campagne. C’est une lettre pleine de bon sens, de sentiments, de sincérité, qui donne à réfléchir.

A lire !

Zulma, 2013, ISBN 978-2-84304-646-9, 130 pages, 16,50€

91121022tour-du-monde-1logochallenge2

Publicités

34 réflexions au sujet de « « La Lettre à Helga », de Bergsveinn Birgisson »

  1. Ce n’est pas le genre de livre vers lequel j’irai de moi-même, mais à force de lire tous ces avis positifs, je pense que je vais lui donner sa chance !

    1. C’est vrai qu’il fait l’unanimité, j’ai bien eu peur au départ d’être encore le mouton noir qui passe à côté du livre mais finalement, j’ai été très touchée par cette longue lettre.

  2. C’est vraiment un très beau texte mais cet homme un peu rustre et égoïste ne m’a pas touché. Il est responsable de son malheur et en accuse les autres. Tous les personnages ne sont pas là pour me plaire mais parler ainsi des femmes me contrarie. Même si c’est logique avec sa personnalité et son univers. Par contre, quelle belle écriture!

    1. Je ne l’ai pas trouvé si rustre, il correspond bien à l’image que je me fais de l’homme de la campagne, lié à la nature, qui a conscience qu’il ne peut pas à aller à l’encontre de ce qu’il est malgré l’amour qu’il portait à Helga. Mais il est normal que nous ne voyons pas tous les choses de la même façon 🙂

  3. J’ai eu plutôt le même sentiment de lecture que toi. Un ancrage fort à la terre, une rudesse qu’on ne peut lâcher malgré la passion. J’ai beaucoup la dualité du personnage et sa lucidité mêlée de faiblesses très humaines 🙂

    1. Pareil Aspho, c’est un peu en-deçà de ce que j’en attendais, mais arrivée à la toute dernière page j’étais malgré tout très satisfaite de ma lecture 🙂

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s