« Cosplay », de Laurent Ladouari

cosplay laurent ladouariKatie Dûma vit dans la banlieue, un espace où vit la population de classe moyenne inférieure. Lorsqu’elle était enfant, son père l’a emmenée dans un musée où elle a pu voir l’oeuvre de son idole : Nikola Protéus. Un ingénieur surdoué, sur lequel elle a essayé de calquer sa vie, jusqu’à faire sa thèse sur lui et son travail.

Elle a un entretien d’embauche chez 1T, une grande entreprise au bord de la faillite, là où Protéus a établi sa carrière.  1T se trouve dans la capitale, de l’autre côté du mur qui la sépare de la banlieue. Or, un grand bouleversement se produit dans le secteur de l’industrie. Adamas, milliardaire parti de rien qui aujourd’hui s’offre tout, vient de racheter 1T. Quel est son but ?

Ce rachat suscite bien des commentaires dans la presse. Adamas veut détruire 1T, sa soif de pouvoir n’a aucune limite. Pourtant Katie n’en démord pas, elle veut travailler au seint d’1T. Mais est loin de se douter à quoi elle va assister…

Un COSPLAY. Adamas a décidé de mettre les employés et dirigeants de 1T à l’épreuve en les faisant jouer à un jeu virtuel dans lequel chacun évolue masqué. Et donc libre de faire ce qu’il entend, avec qui il l’entend, de crier sa haine, de se défouler. Ce qui est intéressant, c’est que les alliances et mésalliances se font uniquement en fonction des personnages, et plus du tout en fonction de la hiérarchie établie au sein de l’entreprise. Des personnalités fortes émergent, les suppositions quant à leur identité réelle vont bon train.

Tout ce petit monde est dirigé par les envoyés d’Adamas, nommés entre autres Tancrède Malatesta ou Franz Cabral. Ce sont des personnages hauts en couleur, au charisme indéniable. Comme nous, ils observent ce qu’il se passe au niveau du Cosplay.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. L’auteur manie bien le rythme de l’histoire, distille quantité d’informations sans que ce soit trop, on apprend ce qu’il faut au bon moment. C’est étoffé, on se rend compte des différences entre la banlieue et la capitale, du contexte socio-économique, du passif de 1T, de celui d’Adamas.

Le jeu du cosplay est évidemment ce qu’il y a de plus captivant. Il est intéressant d’observer les individus agir quand ils sont masqués. Leurs personnalités s’affirment, ou au contraire s’effacent. Les forts dans la vie ne le sont plus forcément dans le jeu. L’anarchie cède naturellement la place aux règlements, des clans se forment, faisant fi des origines sociales, du niveau hiérarchique au sein de l’entreprise. Les individus sont jugés et estimés pour ce qu’ils sont réellement.

C’était un très bon divertissement, bien écrit, bien construit, pertinent et intelligent. Ludique aussi, car la police change en fonction de la situation, vie réelle ou cosplay. Vraiment très sympa 🙂

Remerciements : merci à Babelio et aux Editions HC pour l’envoi de ce roman dans le cadre d’une opération Masse Critique.

HC Editions, 2014, ISBN 9782357201705, 477 pages, 22€

babelio

Publicités

11 réflexions au sujet de « « Cosplay », de Laurent Ladouari »

  1. J’ai remarqué la couverture de ce livre hier en me baladant dans un centre culturel… J’ai été intriguée. Et lire ton avis me donne davantage envie d’en apprendre plus. Alors, + 1 dans ma WL 🙂
    Et bravo pour tes billets, que j’apprécie toujours autant…

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s