« Petites scènes capitales », de Sylvie Germain

petites-scenes-capitales-1370523-616x0

Résumé : La première des « petites scènes capitales » pour Lili, c est celle d une photo que lui montre sa grand-mère, il y a une mère et son bébé, le bébé c’est elle, la mère a disparu. Quand son père se remarie elle se trouve à 5 ans avec trois soeurs et un frère par alliance, avec ce décalage de fille unique qui peine à comprendre les relations familiales et que l’adolescence rend plus opaques. L’aînée devient rebelle, le garçon veut devenir moine, la cadette meurt et chacun part loin du foyer. Seule Lili reste en témoin muet de la tragédie familiale qui n en a pas fini de révéler ses secrets, puis s’en va elle aussi étudier à Paris, change de cap en mai 68 pour l expérience communautaire, poursuivant une quête de soi tâtonnante, traversée de rencontres, d éblouissements solitaires, de révélations dont elle ne sait que faire.

Mon avis : que dire ?

Voilà un roman qui avait tout pour me plaire. Le sujet, celui d’un roman d’initiation pour la jeune Lili, qu’on voit traverser les âges, m’attirait. J’avais envie de savoir comment une une enfant qui apprend que sa mère l’a abandonnée après quelques mois d’existence parvient à se construire et à devenir femme. J’avais envie de savoir comment Lili allait trouver sa place dans sa nouvelle fratrie, en passant du statut de fille unique chérie à celui de fille parmi les autres.

Malheureusement, j’ai lu ce texte en restant en-dehors. J’ai eu du mal à m’identifier à Lili, ou du moins à m’approprier son histoire est ses émotions. Pour faire simple, je suis passée à côté.

Pourtant, le premier chapitre m’avait enchantée, j’ai lu son histoire avec un plaisir amplifié par la beauté de l’écriture de Sylvie Germain. J’avais lu d’elle L’enfant méduse et j’avais beaucoup aimé, on y retrouve d’ailleurs le thème d’une enfance sacrifiée. Mais à mesure que Lili grandissait, son histoire m’échappait de plus en plus. Ce n’est pas une question de talent de l’auteur, plus de sensibilité. Je n’ai pas été plus touchée que cela par le roman. C’est dommage, mais cela arrive.

Remerciements : un grand merci à Stéphanie pour le prêt, car même si je suis passée à côté du roman, je suis contente d’avoir pu le lire 🙂

Albin Michel, août 2013, ISBN 9782226249791, 19€, 256 pages

logorl2013

Publicités

21 réflexions au sujet de « « Petites scènes capitales », de Sylvie Germain »

  1. Je suis justement en train de le lire. Je comprends ton sentiment d’être passée à côté. Ce n’est pas complètement mon cas mais j’avoue être moins embarquée que lors de ma précédente lecture de l’auteur.

  2. Encore une auteure que je n’ai jamais lu, il faudrait que je tente un jour mais pas avec celui-ci ! J’espère que ta prochaine lecture sera plus réjouissante.

  3. j’ai pensé exactement la même chose pour un autre roman de cet auteur. L’écriture est bluffante mais je ne suis pas parvenue à entrer dans l’histoire et à adhérer… dommage…

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s