« La liste de Freud », de Goce Smilevski

41JFArhUMxL._En 1938, l’emprise nazie sur l’Allemagne commence à dépasser les frontières pour s’installer progressivement en Autriche. Des juifs autrichiens commencent à être rassemblés, expulsés de leurs maisons. Les soeurs de Sigmund Freud sont inquiètes, elles pressentent le pire. Lorsqu’elles s’ouvrent à leur frère, celui-ci ne prête pas attention à leurs craintes. Il est fier de sa culture germanique, et pense que les évènements ne sont que passager, que lui et sa famille ne craignent rien.

Pourtant il se résout un jour à quitter le pays pour s’exiler à Londres, avec femme et enfants. On l’autorise à établir une liste des personnes qu’il veut emmener avec lui. Y figurent son médecin et sa famille, son personnel de maison, et même son chien. Mais pas ses soeurs. Adolfine, la narratrice, tombe des nues. Elle qui était si proche de son frère enfant ne comprend pas qu’il laisse tomber ses propres soeurs.

C’est ainsi que s’ouvre ce roman, sur la déception des soeurs de Freud, et sur leur arrivée dans un camp. Mais ce passage cède vite la place au récit du parcours de la famille Freud. Depuis la rencontre des parents au milieu du XIXè siècle jusqu’aux années 1930. L’histoire se focalise sur Adolfina, la narratrice. Très proche de son frère dans son enfance, ils se sont éloignés à mesure que les années passaient. Sa mère ne l’aimait pas, ne faisait que la rabaisser, ce qui l’a empêchée de mener la vie normale à laquelle ont eu droit ses autres soeurs : un mariage, une maison, des enfants…

Goce Smilevski a pris le temps de faire des recherches poussées pour nous parler du destin malheureux de cette femme, mais aussi pour ancrer son récit dans un contexte précis. Nous évoluons ainsi dans la ville de Vienne telle qu’elle était au tournant du XXè siècle, sa place dans la vie culturelle en Europe notamment. Les idées de l’époque sont aussi évoquées : la psychanalyse évidemment, mais aussi le mouvement vers l’égalité des sexes, qui n’en était encore qu’à ses débuts.

C’est un roman intéressant pour en savoir davantage sur le passé familial de Freud, mais c’est surtout un roman très agréable à lire pour l’histoire d’Adolfina. Que les faits soit réels ou fictionnels n’a que peu d’importance tant l’histoire est riche, bien tournée, étoffée par le contexte de l’époque. La plume fluide de Goce Smilevski rend la lecture facile, on se laisse porter en douceur. Une belle réussite !

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

J’inscris ce roman dans les challenges suivants :

  • Le tour du monde en huit ans car l’auteur est macédonien
  • XIXè siècle car la majeure partie du roman se passe pendant cette période.
  • rentrée littéraire 2013
  • A tous prix car il a reçu le Prix Européen pour la Littérature

Belfond, sept 2013, ISBN 978-2-7144-5129-3, 277 pages, 20,50 €

logorl2013logo-challenge-c3a0-tous-prix6cuetour-du-monde-1

Publicités

29 réflexions au sujet de « « La liste de Freud », de Goce Smilevski »

  1. Hum intéressant, on connaît peu la famille de Freud finalement ! J’ai eu un aperçu en lisant une biographie sur Lou Andréas Salomé mais en filigrane ! Je note pour « quand-j’aurais-un-peu-plus-de-temps » !!! 😀

    1. C’est intéressant mais triste, je plains la pauvre Adolfina. Ceci dit ce sont les personnages ayant connu un triste destin qui offrent les histoires les plus intéressantes. Quand tu auras le temps, n’hésite pas ! Je le fais voyager d’ailleurs si cela te tente.

      1. Je ne dis pas non pour le voyage, mais en denière position, je vais en recevoir (les PM, le LDP et deux Robert Laffont), donc je ne pourrai pas le lire de suite… c’est gentil à toi, merci ! 🙂

        1. Je t’inscris dans ce cas Aspho 🙂 Et si tu le reçois plus tôt qu’escompté tu pourras prendre ton temps, ne t’en fais pas 🙂

  2. Comme toi et Aspho, je trouve le propos intéressant. C’est l’occasion d’en savoir plus sur une facette méconnue de Freud et sa famille. Dans le même genre, ça me fait penser au dernier roman de Laurent Seksik qui a écrit sur le fils d’Einstein 🙂

    1. J’ai bien aimé l’idée de voir Freud à travers l’histoire de sa soeur. C’est un point de vue intéressant. Merci pour l’idée de lecture 😉

  3. Je ne suis pas spécialement tenté mais tu as le mérite de présenter un ouvrage dont on parle bien peu et j’avoue que c’est toujours appréciable.

  4. Intéressant… Freud l’a toujours dit « tout est de la faute de la mère ! » 🙂

    Basé sur une histoire vraie, donc ? Freud a vraiment laissé tomber sa soeur ??

    1. J’ai essayé d’en savoir plus mais je n’ai pas trouvé d’infos précises. En tout cas elle est morte dans un camp, et l’auteur a mis plusieurs années à écrire cet ouvrage. J’ai tendance à croire ce qu’il raconte, du moins les grandes lignes 🙂

  5. Merci pour cette participation au challenge! Ce roman a l’air vraiment intéressant. Je connais bien peu de chose sur le vie de Freud. J’ai croisé ce livre en librairie mais sans plus. Si tu es d’accord, je me laisserais bien tenter par ce livre voyageur… 🙂
    Bonne soirée!

        1. Tu es deuxième, s’il n’y a pas de nouvel inscrit tu devras l’adresser à Asphodèle. Je te rassure, elle n’est pas pressée 😉

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s