« Le musée du Dr Moses », de Joyce Carol Oates

9782757833384Le musée du Dr Moses est un recueil de nouvelles composé de dix textes. Certains longs, d’autres bien plus courts. Certains à dominante fantastique, d’autres plutôt policiers. Ce qui les unit tous en revanche, c’est qu’ils sont chacun une preuve de plus de l’immense talent de Joyce Carol Oates.

La première nouvelle est déroutante. Sept pages, une seule phrase. Une phrase qui court, comme les joggeurs de l’histoire de Salut ! Comment va ! Une chute surprenante. Comme presque à chaque fois, l’auteur nous balade, et le cours que semblait prendre la nouvelle change en chemin.

Certaines nouvelles sont très noires, comme celle qui donne son nom à la nouvelle. La mère de la narratrice s’est remariée avec le Dr Moses, un personnage étrange, inquiétant, qui semble cacher de terribles secrets. Cette histoire est d’autant plus oppressante qu’elle est brillamment menée.

L’homme qui a combattu Roland LaStarza est une de ces nouvelles dont on ne s’attend pas du tout à une telle fin. C’est la plus longue. Joyce Carol Oates a pris le temps d’installer l’histoire, de nous baigner dans l’univers de la boxe, des rivalités entre garçons, du mystère d’un suicide. Pour ensuite nous prendre de court.

La force de ce recueil réside en tous ces personnages. Les histoires sont très bonnes, mais ce qui donne le sel, ce sont les gens. L’amour, la haine, la perversité, les relations familiales, de voisinage, la folie… tout cela est dépeint avec force détail et minutie.

Des histoires qu’on dévore les unes après les autres, complètement différentes et pourtant on reconnaît la patte de Joyce Carol Oates. Encore un très bon cru !

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Points, 2013, ISBN 978-2-7578-3338-4, 281 pages, 7,20 €

 

Publicités

13 réflexions au sujet de « « Le musée du Dr Moses », de Joyce Carol Oates »

  1. Je ne suis pas souvent convaincue par les nouvelles… Souvent, elles sont inégales. Joyce Carol Oates a néanmoins une plume puissante, alors pourquoi pas. cela dit, le dernier livre que j’ai lu d’elle « zombi » ne m’a qu’à moitié convaincue 😉

    1. Je ne l’ai pas lu « Zombi ». Je t’avouerai que certaines nouvelles sont un peu en-dessous des autres, mais j’aime tellement sa façon de s’emparer de la vie de ses personnages qu’au final je les ai toutes aimées 🙂

    1. Il n’y a aucune honte à avoir ! Et ça me fait plaisir que tu le notes, c’est pas mal pour commencer. Même si je te conseillerais plutôt Zarbie les yeux verts, roman que j’avais adoré !

  2. j’ai acheté son journal (plus de 750 pages) et je vais continuer à la lire, tellement son œuvre est grandiose, à l’image de ce recueil que tu présentes ici

  3. Merci pour cette chronique. J’aime beaucoup les nouvelles . J’aime beaucoup J C Oates, même si je n’ai pas tout lu. J’achèterai ce livre. En attendant, j’ai ressorti son livre « Blonde » et j’en savoure, au hasard, quelques pages chaque nuit.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s