« Satori », de Don Winslow

9782757829141_1_75Nicholaï Hel a été emprisonné pour crime, ayant tué son mentor avant qu’il ne soit pendu afin de lui éviter une honte publique. Il devait passer le restant de ses jours en prison, mais c’était sans compter ses capacités particulières : polyglotte, combattant émérite, il sera l’espion idéal pour le plan de l’américain Haverford. Ce dernier propose à Nicholaï la liberté contre une mission, tuer un dignitaire russe.

Ce thriller teinté d’exotisme est une parfaite réussite. Nous sommes en 1951, le contexte géopolitique est tendu, et l’Asie en proie à l’expansion communiste. Nicholaï se voit affublé d’une nouvelle identité, celle d’un marchand d’armes français, et doit jouer le jeu américain auprès des Russes et des Chinois. Cette dimension politique et diplomatique est déjà pour beaucoup dans l’intérêt de ce thriller. L’écriture de Don Winslow est aussi un élément clé. C’est très bien écrit, vivant, les situations s’enchaînent bien malgré la multiplicité des personnages. Car c’est une intrigue foisonnante, construite au millimètre près, et passionnante. Entrer dans Satori, c’est calquer son souffle sur le rythme des aventures de Nicholaï. La culture japonaise y est également très bien évoquée, avec le savoir-vivre dont Nicholaï a du mal à se départir et la maîtrise des arts martiaux.

Les rebondissements ont la part belle, avec des amis qui ne le sont pas tant que ça, les apparences trompeuses, les manigances à tous les niveaux.

J’ai adoré cette lecture ! C’est à la fois un roman divertissant et enrichissant, car il permet de comprendre à l’échelle asiatique les conflits entre Russes, Américains et Chinois. Et l’auteur nous entraîne dans Pékin, au Vietnam, au Japon… Tout cela en suivant un personnage charismatique qu’il nous sera, j’espère, donné de suivre à nouveau.

 Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’imaginaire

♣ Cela fait deux fois que je me « dévoue » pour un roman d’espionnage (SPs que personne de l’équipe n’avait envie de prendre), et deux fois que je suis conquise. Sans aller jusqu’à me jeter à corps perdu dans les romans d’espionnage, je saurai désormais qu’on peut trouver de très bonnes intrigues !

Points, 2012, ISBN 978-2-7578-2914-1, 499 pages, 8 €

critiquesabc2013177158541_p

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Satori », de Don Winslow »

  1. J’avoue que mon oeil a accroché sur la couverture. Inspiré d’un roman culte? Le Shibumi en question a l’air franchement pas mal aussi, tu vas le lire? 🙂

  2. De Don Winslow, j’aimerais lire « La griffe du chien » mais celui-ci m’a l’air bougrement intéressant !

    Je devrais boycotter les blogs littéraires, ils font exploser ma wishlist.

    1. Si tu es déjà intéressé par l’univers de Don Winslow il y a de grandes chances que tu aimes Satori, c’est vraiment un roman très réussi.

  3. Un thriller teinté d’exotisme et d’espionnage, j’avoue que moi non plus je n’en aurais pas voulu si on me l’avait proposé. A tort, si j’ai bien compris^^

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s