« Grande encyclopédie du merveilleux », d’Edouard Brasey et Sandrine Gestin

grande-encyclopedie-du-merveilleux-1Peuples de l’air, peuples des collines, montures fantastiques, dragons et serpents… le monde du merveilleux regorge de créatures plus étonnantes les unes que les autres. Certaines sont bienveillantes, d’autres dangereuses. Certaines représentent la lumière, d’autres les ténèbres. Certaines sont célèbres, d’autres plus méconnues. Edouard Brasey a eu l’idée de toutes les regrouper dans une encyclopédie, afin que les lecteurs en sachent plus sur ces êtres merveilleux.

L’ouvrage est d’abord un très bel objet. La couverture est superbe, et les pages bien davantage encore. Le papier revêt un aspect parcheminé, les feuillets sont ornés de bannières colorées qui différencient les différentes catégories auxquelles appartiennent les créatures, et la mise en page est travaillée. De sublimes illustrations accompagnent les articles. Il s’agit tantôt d’oeuvres empruntées, tantôt de créations originales de la talentueuse illustratrice Sandrine Gestin.

DSCN2525[1]Ces créatures sont réparties dans trois grandes catégories qu’a choisies Edouard Brasey pour découper cette encyclopédie : Les peuples de la lumière, les peuples de l’ombre, et le bestiaire fantastique. Loin d’être un ouvrage élitiste, l’encyclopédie permet de mettre à la portée de tous les caractéristiques de chaque être. Des arguments historiques viennent étayer les articles, ainsi que des légendes, des anecdotes. C’est un ouvrage à la lecture vivante et agréable, pas seulement à vocation pédagogique. Le choix des catégories et sous-catégories est judicieux, le lecteur s’y retrouve facilement et peut aisément trouver une information précise grâce à un lexique et une table des matières détaillée. Les articles sont aussi enrichis de notes discrètes, précisant les sources utilisées pour justifier la véracité ou l’origine des informations.

La Grande Encyclopédie du Merveilleux est un ouvrage de grande qualité, aussi bien pour l’objet que pour le contenu. Très agréable à parcourir, lire, relire, regarder. Une excellente idée cadeau !

Le Pré aux Clercs, 2012, ISBN 978-2-84228-467-1, 432 pages, 34,90 €

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Publicités

12 réflexions au sujet de « « Grande encyclopédie du merveilleux », d’Edouard Brasey et Sandrine Gestin »

    1. Je dois avouer que je n’y connaissais pas grand chose donc il m’est difficile de juger, mais je pense que la qualité des infos est là 🙂
      Bisous Laure

  1. Je craque !! Un peu cher… mais je craque quand même. Bon, il faut que je trouve du temps pour descendre en ville. J’en profiterais pour feuilleter « Royal Aubrac » du coup. Tu es terrible !! ^^

    1. Je ne savais pas que tu t’intéressais à l’univers du merveilleux !! Si tu aimes ça ce livre te plaira, il est très beau et bien fichu. Mais il faut faire chauffer la carte bleue, je te l’accorde. Vu le travail fourni je pense que ça vaut le coup 🙂

  2. Je voulais l’acheter, j’ai vu le prix, j’ai hésité, et finalement je ne l’ai pas prit. Mais c’est vrai que c’est un très beau livre !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s