« Le flagellant de Séville », de Paul Morand

317QIZhFKbL._SL200Don Luis est un espagnol progressiste. Éclairé par les ouvrages des Lumières, il aime à se tourner vers les courants de pensée français. Et lorsque les troupes de Napoléon s’engagent dans la conquête de l’Espagne, ce Sévillan n’hésite pas à se ranger du côté de ces nouveaux arrivants qui selon lui vont aider le pays à se relever. Mais tous ne l’entendent pas de cette oreille, à commencer par le cousin de Maria Soledad, l’épouse de don Luis.

A travers le destin de ces trois personnages, Paul Morand nous entraîne sur une période historique couvrant plusieurs années, avec au centre de l’histoire la conquête napoléonienne des provinces espagnoles.

J’ai mis du temps à lire cet ouvrage. Non pas qu’il ne soit pas intéressant, c’est même tout le contraire : c’est passionnant. Il n’y a rien de tel pour comprendre l’histoire que d’être plongé dans une intrigue romancée, et Paul Morand a maîtrisé son sujet à la perfection. On est au coeur de l’action, avec les conflits entre les résistants, royalistes, et les afrancesados pro-napoléoniens. L’histoire est dense, la trame historique extrêmement fouillée, et c’est donc un roman qu’il faut prendre le temps de lire et comprendre. Les histoires entre les personnages sont toutes aussi prenantes. Ce sont des relations passionnées, conflictuelles ou fraternelles, qui nous font passer par une palette d’émotions impressionnante. Le héros, don Luis, est un personnage charismatique, aux convictions très ancrées. Il ira jusqu’au bout de ses idées, même si cela lui coûtera beaucoup.

J’ai adoré lire ce roman, pour la fresque historique passionnante et l’histoire magistralement menée. Et je le recommande à tous ceux qui ont envie de vivre de l’intérieur un épisode historique peu connu des Français et néanmoins fascinant.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

♣ J’avoue qu’il est possible que j’aie fait un anachronisme en parlant d’Espagne, ce pays n’existait certainement pas à l’époque sous la forme que nous lui connaissons. Mais cela fait partie de l’histoire espagnole après tout alors j’ai un peu oublié d’être pointilleuse ^^ En tout cas si vous aimez lire les sagas historiques, les aventures à la Dumas, je vous le conseille chaleureusement. J’ai plein d’images en tête, d’émotions… Un très beau roman, très marquant.

L’imaginaire Gallimard, 2012 (1951), ISBN 978-2-07-013258-4, 412 pages, 9,50 €

Publicités

16 réflexions au sujet de « « Le flagellant de Séville », de Paul Morand »

  1. Depuis le temps que je voyais cette couverture dans tes lectures en cours, j’étais curieuse de connaître ton avis ! Tu m’as donné très envie de découvrir ce roman, notamment pour son cadre historique. Ce que tu dis du héros m’a rappelé Stendhal. Ca semble prometteur !

    1. Oui, on peut dire que j’ai mis le temps pour le lire ! C’était une histoire prenante et pourtant je l’ai lue un peu comme un feuilleton, en alternant avec d’autres lectures. Toi qui aime les styles travaillés ça va te plaire Minou 🙂

  2. je ne suis pas historien mais je ne pense pas qu’il y a anachronisme à parler de l’Espagne au temps de Napoléon
    Morand a eu une période à la « Céline » mais sinon, oui, je pense qu’il a écrit de bons romans à l’image de celui-ci

    1. C’est bien ce qui me semblait, j’avais un vague souvenir d’avoir entendu quelque chose comme ça, une période « à la Céline » comme tu dis…

    1. Je ne dirais pas que j’ai beaucoup appris parce qu’avec ma mémoire de poisson rouge je ne m’en souviendrai pas longtemps, mais c’était très, très intéressant.
      Bonne journée Laure !

  3. Pas vraiment envie de lire ou relire Paul Morand en ce moment ! J’aime les fresques historiques mais je cherche des livres courts, à caser entre les pavés que je lis ! 😆

    1. Je connais ça, c’est ce dont j’ai envie en ce moment aussi, de déblayer un peu ma PAL de romans courts, mais mes SPs pour Les Chroniques de l’Imaginaire sont prioritaires… (ça m’apprendra à sauter sur tous les SPs qui me font envie :p)

  4. http://www.lexpress.fr/culture/livre/paul-morand-ne-laissait-pas-passer-un-jour-sans-taper-sur-les-juifs-et-les-homosexuels_804252.html

    un article passionnant pour mieux connaitre Morand, pas toujours très recommandable surtout pendant la 2e guerre mondiale, mais bon comme Drieu ou Céline il faut aussi lire leur littérature car ils ont écrits de très bons livres aussi…

    Et que dire alors des égarements de Sartre ou Aragon vis à vis du communisme… Comme quoi avec certains auteurs il faut revenir à leur littérature pour les « aimer » « malgré tout »…

    1. Merci pour le lien ! J’ai toujours un peu de mal quand quelqu’un me dit qu’il ne veut pas lire Céline parce qu’il était antisémite. Ce n’est pas louable, mais ce qu’on demande à un écrivain c’est d’écrire de bons livres, et de ce côté là on ne peut pas lui reprocher grand chose. Pareil pour les autres auteurs que tu cites. Je préfère un écrivain peu recommandable qui me fait vibrer à travers ses écrits qu’un Marc Levi tout beau tout lisse tout gentil aux écrits totalement insipides.

  5. je suis 100 % d’accord avec toi et j’adore les premiers romans de Céline, tellement beaux et inventifs. Drieu la Rochelle a aussi écrit de très baux premiers romans
    c’est juste que j’aime savoir ce qu’ils ont été au moment de les lire mais je m’en tiens à leur prose bien sûr.
    Knut Hamsun a été un immense auteur aussi et à la fin de sa vie, très vieux il a été pro nazi… ce qui n’enlève rien à la grandeur de son oeuvre…

    1. On a vu pire comme demeure !
      J’étais curieuse de lire Paul Morand, aussi j’ai sauté sur ce roman lorsqu’il nous a été proposé en service de presse. Et je ne regrette pas, c’est fabuleux !

      1. En service de presse? Ah, bonne pioche! 🙂
        Entre nous, cette demeure est en cours de réfection; des appartements haut de gamme y seront aménagés. Je rêve de m’y installer un jour… mais bonjour les loyers!

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s