« Home », de Toni Morrison

J’avais déjà lu Toni Morrison avec Beloved, roman historique et fantastique que j’avais adoré. Lorsque j’ai vu que Home faisait partie de la sélection des matchs Priceminister, j’ai sauté sur l’occasion. Je remercie d’ailleurs Olivier pour sa confiance 🙂

Résumé Amazon : La guerre de Corée vient à peine de se terminer, et le jeune soldat Frank Money rentre aux Etats-Unis, traumatisé, en proie à une rage terrible qui s’exprime aussi bien physiquement que par des crises d’angoisse. Il est incapable de maintenir une quelconque relation avec sa fiancée rencontrée à son retour du front et un appel au secours de sa jeune soeur va le lancer sur les routes américaines pour une traversée transatlantique de Seattle à Atlanta, dans sa Géorgie natale. Il doit absolument rejoindre Atlanta et retrouver sa soeur, très gravement malade. Il va tout mettre en oeuvre pour la ramener dans la petite ville de Lotus, où ils ont passé leur enfance. Lieu tout autant fantasmé que détesté, Lotus cristallise les démons de Frank, de sa famille. Un rapport de haine et d’amour, de rancoeur pour cette ville qu’il a toujours voulu quitter et où il doit revenir. Ce voyage à travers les États-Unis pousse Frank Money à se replonger dans les souvenirs de son enfance et dans le traumatisme de la guerre ; plus il se rapproche de son but, plus il (re)découvre qui il est, mieux il apprend à laisser derrière lui les horreurs de la guerre afin de se reconstruire et d’aider sa soeur à faire de même.

Mon avis : j’ai lu ce roman il y a maintenant deux semaines. J’ai eu besoin de le laisser décanter mais aujourd’hui je ne suis toujours pas capable de vraiment en parler. J’ai lu tellement d’avis élogieux avant de m’y plonger, que lorsque j’en suis sortie en me disant seulement « pas mal », j’ai eu l’impression d’être complètement passée à côté.

L’histoire est donc celle de Frank Money, un jeune vétéran de la guerre de Corée revenu au pays et qui parvient à s’échapper d’un hôpital. Il compte redescendre vers le Sud, en Georgie, pour rejoindre sa soeur Ycidra, gravement malade.

Ce trajet vers le sud va donner lieu à des souvenirs, qu’il nous racontera directement en italique. Un narrateur omniscient, à qui Frank s’adresse d’ailleurs, se charge de nous parler de Frank, mais aussi d’Ycidra et de Lily, l’ex de Frank.

A travers leurs histoires, nous percevons deux enjeux majeurs dans la culture américaine (je suis tentée d’élargir géographiquement mais la période traitée ici, celles des années 1950, est symptomatique) : le racisme et la pauvreté. Qui vont souvent de paire d’ailleurs. Frank s’est senti appartenir à la patrie dès lors qu’il est allé au combat pour son pays, mais à son retour, il n’est déjà plus qu’un noir. Le destin d’Ycidra, alias Cee, est plus poignant encore. Abandonnée à Atlanta par son mari, elle a trouvé un travail inhumain, en tant que cobaye pour un médecin blanc.

Le frère et la soeur ont grandi dans une famille pauvre, où il fallait travailler du matin au soir. Ils n’ont pas eu d’amour, ont cherché à s’évader dès que possible, ne choisissant pas toujours les bonnes options.

Quant à Lily, c’est le personnage qui pourrait avoir une vie facile si elle n’était pas noire. C’est toujours révoltant de suivre un personnage et de se rendre compte à un moment qu’on coupe court à ses projets pour la seule raison de sa couleur de peau.

Et au final, je ne sais trop quoi dire sur ce roman. C’est triste, ça fait réfléchir, c’est très bien écrit, mais je n’ai pas été emportée comme j’aurais pensé l’être. J’ai aimé suivre ces personnages, mais je les ai déjà oubliés. On voit les difficultés de cette couche de la population dans les années 50, mais il m’a manqué quelque chose pour m’attacher réellement à leur destin. Et je suis frustrée d’être passée à côté.

Ceci dit vous trouverez nombre de billets élogieux, ne vous fiez donc pas à mon avis.

Comme il faut une note, voici la mienne : 14/20

Et cliquez ici pour trouver la fiche Priceminister.

Remerciements : un grand merci à Olivier de Priceminister et aux éditions Christian Bourgois pour m’avoir permis de lire ce roman 🙂

Christian Bourgois, 2012, ISBN 978-2-267-02383-1, 153 pages, 17 €

Publicités

34 réflexions au sujet de « « Home », de Toni Morrison »

  1. J’ai acheté Beloved le week-end dernier. J’espère que j’aimerais autant que toi, plutôt qu’un simple « pas mal » =/

  2. Quand je tombe sur des titres de Toni Morrison, ils me tentent toujours « un peu »… mais ils me semblent toujours terriblement « compliqués » dans le sens où on y trouve beaucoup de choses. Les histoires semblent toujours très travaillées…

    Bref, Toni Morrison et moi, on ne s’est jamais croisées au bon moment pour que j’ose sauter le pas.

    1. Ah non, détrompe toi, ce n’est pas compliqué. Elle touche juste à des thèmes difficiles, mais elle le fait très bien. Ça se lit facilement, je t’assure 🙂

  3. Je trouve que tu en parles très bien et que tu n’aies pas passé à côté puisque tout ce que tu dis est vrai, sauf qu’effectivement le récit est brut. Il y a je crois un refus de s’apitoyer, et de faire du sensible, et j’aime bien ça.

    1. Je n’ai pas été touchée plus que ça et je pense être passée à côté du roman pour cela. Mais peut-être as-tu raison, c’est ce côté brut qu’il faut savoir apprécier.

  4. c’est sûr que le livre est bien écrit, mais i_l en faut plus que ça pour dire qu’il plaise… moi en ce qui me concerne l’histoire ne m’a pas accroché du tout !

    1. J’ai aimé l’histoire mais il manquait quelque chose pour que je sois vraiment happée. Je suis toutefois contente de savoir que je ne suis pas la seule à avoir un avis mitigé 🙂

  5. Tu as quand même bien le droit d’avoir un avis différent. Perso, j’ai amié le coté épuré, j’adore les écritures ramassées sur elles-mêmes qui disent beaucuop en peu d emots. Mais je comprends que l’on puisse ne pas être touché.

  6. je suis curieuse, je le lirai, voulant découvrir cette auteure dont tout le monde parle
    (et pour ne pas rester sur une mauvaise impression : mon dernier « prix nobel » lu = pas aimé !)

  7. Lu aussi, toujours pas chroniqué… J’avais moi aussi adoré Beloved, un de mes romans préférés de l’auteure… Home n’est pas un coup de coeur mais j’ai aimé retrouver la plume de Morrison…

  8. ça arrive souvent finalement, des incompréhensions face à un ressenti qui ne rejoint pas tout à fait les nombreuses critiques positives lues… on se demande alors « mais qu’est-ce qui cloche avec ce bouquin? C’est moi? ».
    c’est pour ça que je ne fais que survoler les avis de romans que je suis certaine de lire prochainement.

    1. La littérature ne parle pas à tout le monde de la même façon, mais effectivement quand il m’arrive d’être, une des seules à ne pas avoir accroché plus que ça j’ai tendance à me remettre en cause.

  9. je me serais bien laissée tentée par celui-ci pour découvrir l’auteure. Si tu veux m’en conseiller un meilleure (vu que ton billet est mitigé) je suis preneuse.

  10. Tu es la deuxième personne déçue que je vois passer Je le lirai aussi, je suis intriguée mais peut-être après Beloved, vu que tu le conseilles plus haut…

  11. c’est le premier que je lis de Toni Morrison, c ‘est pout etre cela que je les trouvé sublissime ! je vais poursuivre avec Beloved que je devrai adoré alors 🙂

  12. Bonsoir, j’ai mis la même note que toi. Je l’ai aimé et il a pris racine petit à petit dans mon esprit mais le côté court ne m’a pas plu … J’aurais voulu davantage partager de la vie des personnages.
    Je l’ai aussi lu dans ce cadre !
    Bises

    1. Voilà, j’ai aussi ressenti ce manque, une impression de survol alors que j’aurais aimé plonger un peu plus dans la vie des personnages. Merci de ton passage ici Didi 🙂

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s