« La chaussure sur le toit », de Vincent Delecroix

Ce recueil de nouvelles traînait depuis un petit moment dans ma PAL et j’ai pu l’en sortir grâce à Minou, qui m’a proposé d’en faire une lecture commune. Je l’ai donc lu dans le TGV, pendant mon trajet de Perpignan à Lille. Je sortais d’un pavé qui ne m’avait pas passionné, j’étais de très bonne humeur, et j’étais donc motivée à me plonger dans un nouveau livre ! Mais la mayonnaise n’a pas pris avec moi 😦

Il s’agit d’un recueil où toutes les histoires ont un point commun : une chaussure sur un toit. Autour de cette chaussure vont s’articuler des récits différents, mais qui s’inscrivent dans un même quartier, où des personnages vont se croiser d’une nouvelle à une autre. J’ai beaucoup aimé ce parti pris. Comme la narration est interne dans toutes les nouvelles (me semble-t-il), cela donne vraiment des styles et points de vue différents, et les personnages sont nécessairement perçus de manière différente à chaque fois.

Mais ces nouvelles ne m’ont pas enchantée. Je pense que c’est parce que je sortais de ce fameux roman ennuyeux, j’avais besoin de me sentir happée par une histoire, et cela n’a pas été le cas. Aucune ne m’a interpellée, je les ai lues sans ressentir d’émotions, ou à peine, et je dois même avouer que j’ai fait appel au joker Pennac qui me donne le droit de sauter des pages. Le style n’a pas su capter mon attention davantage.

Certaines nouvelles m’ont tout de même plus plu que d’autres : Chant de l’attente, dans laquelle une jeune femme se lamente car l’homme qu’elle aime a été arrêté, parce qu’il n’a pas de papiers. Le syndrome conte de fées aussi, où un  homme cherche une femme dont il est tombé amoureux lors d’une soirée, mais tout ce qui lui reste est un escarpin doré. Caractère de chien est pas mal non plus, car l’histoire est racontée du point de vue d’un chien, et c’est original. Au contraire, Explication de ma disparition est la quatrième nouvelle et c’est celle qui m’a perdue. Je ne lui ai pas trouvé d’intérêt, je me suis ennuyée, et j’ai eu du mal à me motiver pour les six autres.

Vous l’aurez compris, je ne garderai pas un grand souvenir de ce recueil. J’ai même eu besoin de le refeuilleter pour écrire ce billet alors que ma lecture date à peine d’il y a deux jours…

Je vous invite à lire le billet de Minou.

Publicités

5 réflexions au sujet de « « La chaussure sur le toit », de Vincent Delecroix »

  1. On est assez d’accord finalement. Aucune nouvelle ne m’a vraiment passionnée, ce n’est vraiment que vers la fin que j’étais contente de comprendre les entremêlements des nouvelles les unes dans les autres et de constituer la toile finale en quelque sorte. Chant de l’attente m’a bien plu aussi, mais Le syndrome conte de fées a fini par me lasser. Je n’ai pas vraiment apprécié, mais je me souviendrai de l’histoire d’Ulysse et Philoctète, parce que ça m’a vraiment surpris de voir ces personnages débarquer comme ça d’un coup.
    C’est un des livres qui m’intéresse plus qu’il me plaît.
    Merci pour cette LC qui me a fait passer ce recueil de ma wishlist à ma bibliothèque et rayer une ligne dans mon projet de lecture. 😉

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s