« Prague aux doigts de feu », d’Anne Cuneo

Prague aux doigts de feu OU ne pas toujours se fier aux couvertures des livres ^^

La journaliste Paola Rouge doit se rendre à Prague pour couvrir les évènements de 1989. La chute du bloc soviétique est en marche, les étudiants manifestent et se rebellent, et les médias sont sur place pour communiquer la nouvelle aux populations de l’ouest. Paola rencontre un journaliste français, qui va la pousser à déballer ce qu’elle a sur le coeur.

C’est ainsi que Paola va nous raconter l’histoire qu’elle a vécue en Tchécoslovaquie en 1968, lorsqu’elle était déjà journaliste mais seulement en vacances à Prague. Pendant que son mari rangeait les bagages pour qu’ils puissent quitter la ville et se rendre à Vienne, Paola s’était rendue dans la boutique de vinyles où elle avait passé commande. Ce dont elle et son mari ne s’étaient pas rendu compte, c’est que pendant la nuit, les Russes avaient envahi et occupé la ville.

Coincée dans Prague, Paola va se fondre dans la population pour raconter à sa rédaction le conflit vécu de l’intérieur. Elle sera aidée par Štepán, avec qui elle va vivre une passion dévorante, et un groupe de résistants plus ou moins activistes. C’est un roman passionnant d’un point de vue historique. Nous suivons tout de l’occupation de Prague, depuis les toutes premières heures. Le point de vue de Paola est très intéressant. Elle vit les évènements avec le groupe qu’elle a intégré, et peut donc transmettre le ressenti de la population. Mais elle a aussi l’occasion de voir ce que ressentent les Russes, qui en tant que militaires obéissent sans forcément adhérer aux ordres qu’on leur donne. Le récit est extrêmement bien documenté et la dimension didactique très bien intégrée à l’intrigue. L’histoire d’amour vient étoffer la partie romancée de façon crédible et cela ajoute encore au charisme de Paola. Une femme moderne, passionnée par son travail, lucide, mais aussi remplie d’espoirs. Le destin de cette femme, au-delà de l’été 1968, est dans son ensemble fascinant. Les autres personnages sont aussi bien travaillés et cela donne un éventail de personnalités qu’on reconnait sans mal.

Anne Cuneo a su habilement mêler histoire et fiction. Cela donne un roman formidable, écrit de façon remarquable. Un coup de coeur inattendu.

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Bernard Campiche, 2012, ISBN 978-2-88241-312-3, 308 pages, 9,90 €

Publicités

14 réflexions au sujet de « « Prague aux doigts de feu », d’Anne Cuneo »

    1. Je ne peux que confirmer: il y a de belles découvertes à faire dans le catalogue des éditions Campiche – qui, outre du roman, comprend aussi de la poésie et du théâtre.

      1. Nous avons un partenariat récent avec cette maison d’édition aux chroniques de l’imaginaire, j’espère que j’aurai l’occasion de lire d’autres ouvrages de leur catalogue 🙂

        1. Un partenariat? Ah, c’est extra, ça!
          Alors, belles découvertes à toi et à ceux qui participent aux Chroniques de l’imaginaire.

    1. Quand j’ai reçu le livre je me suis demandée « mais qu’est-ce que c’est que ça ??? ». Et puis il a bien fallu le lire, et les premières pages m’ont complètement fait oublier la couverture !

  1. Anne Cuneo est parmis mes auteurs favoris !
    Je te conseil très fortement de lire « Station Victoria ». Une perle ! Sur le podium de mes livres favoris !
    Dans un autre genre, je te conseil les livres où il est question d’une certaine Marie Machiavelli, une enquêtrice ! Moi qui ne suis vraiment pas fana de polar, et bien je les ai dévorer !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s