« La femme au miroir », d’Eric-Emmanuel Schmitt

Voici venu le moment de partager avec vous la lecture choisie dans le cadre du Challenge Livra’deux pour Pal’Addict que je fais en binôme avec Nath.

Lire La femme au miroir me permet en plus de progresser dans le challenge Eric-Emmanuel Schmitt, justement organisé par Nath. Ça tombe plutôt bien ^^

Résumé : une fois n’est pas coutume, je vais utiliser celui de la quatrième de couverture, que je trouve parfait : Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale de Sigmund Freud, Anny à Hollywood de nos jours. Toutes trois se sentent différentes de leurs contemporaines; refusant le rôle que leur imposent les hommes, elles cherchent à se rendre maîtresses de leur destin. Trois époques, trois femmes: et si c’était la même?

Mon avis : immense COUP DE COEUR !

Je vous préviens, j’ai tellement aimé que je ne sais pas où donner de la tête, par où commencer…

Décidément, j’aurais tardé à connaître la plume d’Eric-Emmanuel Schmitt, mais tout vient à point et ça valait le coup d’attendre. Il me donne l’impression d’écrire à la poudre d’or, les mots scintillent sous mes yeux, prennent vie, il y a une aura magique unique dans sa poésie. Même lorsqu’il emploie des mots crus et grossiers ils sentent la rose. Je suis subjuguée.

Alors l’histoire… On commence chronologiquement, avec Anne, qui vit à Bruges. Je me suis immédiatement identifiée à cette jeune fille. Elle vit en communion avec la nature, écoute la Terre, le chant des oiseaux, et parvient à une forme de communication animiste. Je suis comme Anne, j’aime sentir la Terre vibrer sous mes doigts et l’écouter. Elle aura des soucis, parce qu’on est au 16è siècle, et même à l’abri dans un béguinage où les femmes vivent en communauté sans être religieuses, il est mal vu de ne pas croire en Dieu, ou du moins pas tel qu’on lui a enseigné. Elle écoute la Terre, pas Dieu.

Ensuite il y a Hanna. Hanna est une jeune femme du début du 20è siècle vivant à Vienne, dans la haute société. Elle est mariée à Franz, l’homme le plus charmant du monde, qui la comble. Du moins, en apparence. Car Hanna  a le sentiment de faire fausse route. Elle essaie d’être ce qu’on veut qu’elle soit, mais au détriment de ce qu’elle est véritablement : une femme qui se veut libre, sans avoir à obéir aux convenances et cacher ses opinions pour ne pas heurter la sensibilité des bourgeoises.

Et enfin, Anny, l’actrice hollywoodienne des années 2000. Jeune, riche, belle, mais accro à l’alcool et à la drogue. Anny qui sera obligée de passer par une phase de désintoxication, et qui va se rendre compte elle aussi qu’elle en a assez d’être prise pour ce qu’elle n’a pas envie d’être, mais qu’on l’a contrainte à paraître. Son agent, une teigne pas possible, qui sous ses airs bienveillants ne pense en fait que carrière et gros sous. Peu importe qu’Anny soit malheureuse, tant qu’elle fasse parler d’elle.

Vous l’aurez noté, les trois femmes ont un prénom quasi identique. Chacune est le miroir des autres dans le sens où à un moment donné elles se sont affranchies des conventions pour n’exister que pour elles-mêmes, selon leurs idéaux. Et j’ai trouvé ce procédé absolument fascinant. Trois histoires complètement différentes dans la forme, mais dans le fond, il y a une cohérence. Et ce qui est très fort, c’est que j’ai autant adhéré aux trois histoires, et donc aussi heureuse de retrouver l’une ou l’autre à chaque nouveau chapitre.

Un fil conducteur dans ce roman : le miroir. Le miroir brisé lors de la préparation du mariage d’Anne, qui scelle son choix de partir. Le miroir qui renvoie à Hanna son ventre qui refuse de s’arrondir. Le miroir dans lequel Anny voit une « pute », et celui dans lequel elle se vautre devant tout le monde. Je ne vais pas toutes les relever mais cette occurrence apparaît souvent, et à des moments-clés. Il y aussi le miroir psychologique, entre ce qu’on est et ce qu’on reflète, et la double vie menée par deux des protagonistes à certains moments…

Par ailleurs on retrouve un thème cher à l’auteur me semble-t-il : la psychanalyse. Il en était déjà beaucoup question dans La part de l’autre. Ici c’est avec Hanna que le thème revient, logique, puisque sa génération assiste à l’essor de ce nouveau mode de soin, pour la guérison de l’âme. Et encore une fois c’est très bien traité, de façon intéressante, sans lourdeurs. Passionnant !

J’aurais encore bien des choses à dire tant ce roman m’a époustouflée, tant je me suis attachée et identifiée à chacune de ses héroïnes. Mais si vous êtes arrivés jusqu’ici c’est déjà bien, je ne vais pas abuser 😉 Sachez en tout cas , si vous vous posez la question, que ces trois destins convergent vers la même direction ^^

Albin Michel, 2011, ISBN 978-2-226-22986-1, 456 pages, 22 €

Et voici la lecture de Nath : L’affaire de l’esclave Furcy de Mohammed Aïssaoui


Publicités

15 réflexions au sujet de « « La femme au miroir », d’Eric-Emmanuel Schmitt »

  1. L’avis de Tête de Litote m’avait détourné de ce livre, de même que ma mauvaise expérience avec l’auteur, mais ton avis me donne très envie de le lire ! A part l’aspect psychanalytique (encore une fois, une série de mauvaises expériences avec cette science mise en rapport avec la littérature d’une façon ou d’une autre), ces histoires de femmes me tentent beaucoup !

    1. Le thème de la psychanalyse est présent mais pas dominant, et pas traité à l’état pur non plus, ça s’inscrit bien dans le parcours de Hanna 🙂

    1. Rhooo, la chance !! J’ai vu l’auteur au salon du livre de Paris mais je n’avais pas le courage de faire la queue, trop trop de monde 😦

  2. On dirait que je suis la seule à avoir été déçue par ce roman… C’est drôle de voir comment chaque personne a une vision et une lecture différente du même livre ! Tant mieux s’il t’a plu 😉

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s