« Motel life », de Willy Vlautin

Résumé : Jerry Lee et Frank sont deux frères qui vivent comme ils peuvent, dans le Nevada. Depuis le décès de leur mère quand ils étaient encore adolescents, ils tentent de joindre les deux bouts avec des petits boulots et vivent dans des motels, de façon plus ou moins permanente. Une nuit, Jerry Lee entre en panique dans la chambre de Frank. Il a renversé un garçon à vélo qui a déboulé sur la route en pleine nuit. Il n’a rien pu faire pour éviter l’accident, mais n’a pas osé appeler la police, de peur qu’on ne lui en attribue la responsabilité. Car comme souvent, Jerry Lee a bu. Et comme souvent, Frank est lui aussi ivre. Pourtant, il va falloir décider quoi faire du corps qui gît sur la banquette arrière de la voiture.

Mon avis : Ce roman relate dans un premier temps la démarche des deux frères pour se débarrasser du cadavre et des indices pouvant mettre en cause Jerry Lee. Mais très vite l’intérêt de l’histoire va plus se situer au niveau des conditions de vie des deux frères. Comment ils en sont arrivés à vivre de motel en motel, à ne pas manger à leur faim tous les jours, à apaiser leurs tourments en les arrosant d’alcool. On va petit à petit comprendre d’où ils viennent. Dans le même temps l’évènement de l’accident reste présent tout au long du roman, car Jerry Lee n’arrive pas à se remettre et à faire face.

L’atmosphère du roman est très bien travaillée. Il neige, il fait froid, les bars sont crasseux et l’entourage des deux garçons aussi brinquebalant qu’eux. La seule chose qui réchauffe le coeur de Jerry Lee sont les histoires que son frère invente. Ces histoires sont à chaque fois riches, complètes, et complètement différentes, comme plusieurs histoires dans l’histoire. Elles retranscrivent le besoin qu’ont les deux garçons d’échapper à leur vie.

On s’attache fortement aux deux frères, bien que le roman soit très sombre et désespéré. Il fait écho aux difficultés qu’a toute une génération pour s’adapter et trouver sa place. Il laisse un goût amer mais l’histoire est tellement forte et bien écrite qu’on ressort de cette lecture heureux d’avoir pu s’y plonger.

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

J’ai Lu, 2012, ISBN 978-2-290-05490-1, 254 pages, 7,10 €

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Motel life », de Willy Vlautin »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s