« Modeste proposition », de Jonathan Swift

L’auteur des Voyages de Gulliver fut en son temps un satiriste célèbre et pertinent, qui n’hésitait pas à user et abuser de l’humour noir pour défendre les valeurs qui lui importaient et pointer du doigt ceux qui empêchaient la nation de prospérer et maintenaient les pauvres au plus bas de l’échelle.

Ce petit livré édité aux éditions Folio propose quatre courts textes satiriques, dont le plus percutant donne son titre à ce recueil : Modeste proposition concernant les enfants des classes pauvres. L’auteur ne propose rien de moins que de manger les bébés ayant atteint l’âge de un an. Avant leurs mères les nourrissent au sein et cela ne coûte rien, mais ensuite elles mendient pour acheter de la nourriture et cela, c’est intolérable. De plus, à un an, le bébé est déjà bien dodu et sera formidablement goûteux rôti au four. La vente de leurs bébés aux riches gourmets permettra ainsi aux pauvres de vivre un peu plus confortablement. Evidemment, il s’agit d’un moyen détourné employé par Jonathan Swift pour dénoncer l’extrême-pauvreté des classes les plus basses, mais il le fait avec sérieux, à l’aide de calculs et d’arrivages selon les périodes. Cela rend le message d’autant plus drôle mais aussi d’autant plus frappant.

Les autres textes sont dans la même veine. Le troisième expose un schéma pour la création d’un hôpital pour incurables afin de faire des économies à l’échelle nationale. On y logerait les sots incurables, les gredins incurables, mais aussi les écrivailleurs incurables, les mégères, les vaniteux… En somme une partie non négligeable de la population.

Ce qui frappe dans cet ouvrage c’est la qualité de l’écriture de Jonathan Swift, qui arrive à dire le contraire de ce qu’il pense en faisait presque croire qu’en fin de compte, il le pense vraiment, tant sa prose est convaincante. Un régal à lire, d’autant que les sujets abordés n’ont pas tant vieilli que ça…

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’Imaginaire.

Folio 2€, 2012, ISBN 978-2-07-044743-5, 89 pages, 2 €

Publicités

14 réflexions au sujet de « « Modeste proposition », de Jonathan Swift »

    1. On ne peut plus rien dire de nos jours, on se retrouve avec 15 plaintes d’associations sur le dos. C’est dommage, l’humour fait bien mieux passer certains messages que des textes sérieux et pompeux !

  1. Je l’avais vu parmi les nouveautés des Folio 2€, mais n’avais pas été tentée par le titre ou la couverture. Tu me fais un peu hésiter, je crois que ce type d’humour est un des rares capables de me plaire…

    1. Nous sommes tout à fait d’accord sur ces couvertures alors ! Malgré tout, certaines attirent mon regard plus que d’autres (même moches) et de très rares sont magnifiques*. J’ai presque envie de le signaler dans mes avis de lecture tant ça relève du miracle… D’accord, ça ne coûte pas cher, mais parfois j’aurais préféré ne pas avoir d’illustration du tout…

      * Celles dont je me souviens sont celles de La Dame à la louve et d’Un parfum à sentir de Flaubert surtout. Celle de La Belle et la bête est assez jolie aussi, mais ça reste très restreint par rapport au nombre de volumes présents dans ma bibliothèque.

      1. J’ai aussi « Un parfum à sentir » mais la couverture ne me plait pas du tout. C’est dommage, car cela ne donne pas envie de lire le livre alors que le texte est magnifique. J’ai aussi hésité à le dire dans mes chroniques pour Les Chroniques de l’Imaginaire mais je me suis dit que c’était une question de goût, je me suis donc abstenue.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s