« Nagasaki », de Eric Faye

Cela faisait un petit moment que ce roman trainait dans ma PAL. Minou a eu la bonne idée de l’en faire sortir en me proposant une lecture commune, étant donné que son exemplaire végétait tout comme le mien ^^

Résumé : Shimura-San vit sur les hauteurs de Nagasaki, au Japon. A cinquante-six ans, il est célibataire et mène une vie bien réglée. Météorologue, il se rend tous les matins à son travail en bus, et revient directement chez lui en passant parfois faire quelques courses. Mais un soir tout bascule. Il se rend compte que quelqu’un s’introduit dans sa demeure quand il n’est pas là.

Mon avis : un bijou !

Avant de parler de l’histoire, ce qui m’avant tout impressionnée, c’est la capacité d’Eric Faye à transposer un style asiatique sur une histoire japonaise. Je n’ai pas lu des centains de romans asiatiques, mais chaque fois je ressens cette lenteur dans le rythme, un phrasé en douceur, le souci des détails du quotidien, comme la nourriture par exemple. Je n’ai pas eu l’impression de lire le roman d’un Français essayant d’imaginer une histoire au Japon, mais de lire un Japonais s’inspirant de ce qu’il connait.

Ceci est d’ailleurs à moitié vrai, Eric Faye ayant créé cette histoire à partir d’un fait divers qui s’est déroulé au Japon en 2008.

Shimura-San se rend compte que quelqu’un s’introduit chez lui en glissant une règle dans une bouteille de jus de fruits. Il avait mesuré le niveau au matin, et il a baissé au soir. Plutôt étrange ! Il avait commencé à avoir des doutes lorsqu’un poisson a disparu de son réfrigérateur, mais désormais il en est certain : quelqu’un se sert chez lui ! Commence alors une enquête depuis son bureau, à l’aide d’une webcam placée stratégiquement dans la cuisine. Et ce qu’il voit le laisse sans voix.

Comme le roman est très court ce serait dommage que je dévoile tout. Alors je vais plutôt parler de mes impressions de lecture. C’est un récit que j’ai trouvé très touchant, aussi bien en me plaçant du côté de Shimura-San que de celui de l’intruse. Car le maître des lieux se rend compte avec stupeur que cela fait un an qu’il cohabite sans le savoir avec une femme. Une femme qui n’avait aucune intention de nuire, qui s’est faite aussi discrète que possible, mais qui a pu vivre dans un havre de paix pendant des mois, sans penser à ses problèmes, sans abuser de l’hospitalité de son hôte. Quant à Shimura-San ses sentiments sont très partagés. Il ressent de la peine quelque part pour cette femme, mais on lui a violé son intimité.

Le récit est raconté par les deux partis, si bien qu’on a une vision globale de la situation, une histoire complète et complexe en un petit nombre de pages. Et je me suis laissée emporter du début à la fin, par la qualité de l’écriture, la richesse du récit, les personnages attachants. C’est une histoire moralement violente mais traitée avec douceur et délicatesse. J’ai grignoté ce roman mot par mot, et je pense qu’il est de ceux qu’on garde en mémoire un petit moment après lecture. A lire !

Nagasaki a reçu en 2010 le Grand Prix du roman de l’Académie française.

Et voici l’avis de Minou !

France Loisirs, 2011, ISBN 978-2-298-04247-4, 133 pages, 8,95 €

Publicités

13 réflexions au sujet de « « Nagasaki », de Eric Faye »

  1. La couverture France Loisirs est vraiment jolie ! Comme ton avis d’ailleurs, tu parles vraiment bien de ce livre.
    En te lisant, je crois que j’ai mieux perçu ce qui m’a empêché d’être aussi charmée que toi : ce style japonais justement. J’ai lu quelques textes asiatiques et j’ai du mal à être sensible à cette esthétique particulière. Je trouve certains textes très beaux, comme certains passages de celui-ci, mais je ne suis pas touchée par cette beauté.
    Merci pour cette LC !

  2. Ca doit être ça, si tu n’accroches pas trop au style asiatique je ne suis pas étonnée que tu aies eu du mal à rentrer dans ce livre. Merci de m’avoir poussé à le sortir de ma PAL ^^

  3. A première vue, ce que tu en dis m’attire beaucoup, j’aimerai découvrir cette drôle d’histoire et savoir ce qu’il se passe dans ce roman, mais comme Minou, je n’accroche pas vraiment au style asiatique en général, alors j’ai peu que ça me freine… A méditer ^^

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s