« Amazonia » de James Rollins

J’ai chroniqué ce livre fin mai pour Les Chroniques de l’Imaginaire, et comme notre chef est d’accord pour que nous postions nos textes sur nos blogs respectifs, j’en profite pour vous parler de ce gros coup de coeur ^^

Résumé : Au coeur de la forêt amazonienne, le père Batista fait vivre sa mission, venant en aide aux populations locales. Un homme surgit un jour, tremblant de fièvre, à bout de forces. Tout ce que le padre réussit à en tirer avant que l’étranger ne meure est que c’est un soldat nommé Gerald Clark. Or il se trouve que cet homme faisait partie d’une expédition disparue il y a quatre ans dont on n’a jamais retrouvé la trace. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, cet homme est parti manchot, mais c’est avec deux bras qu’il est sorti de la forêt.

Sa réapparition soulève la question de la survie possible des autres membres de l’expédition. Pour tenter de les retrouver, un groupe hétérogène mais complémentaire est formé : un biologiste, un docteur, un spécialiste des populations locales, un responsable des communications etc. Et surtout, un botaniste qui n’est autre que Nathan Rand, le fils de Carl Rand, qui a disparu avec la première expédition.

L’équipe va ainsi partir sur les traces des premiers chercheurs disparus en remontant celles laissées par Gerald Clark. Mais l’enjeu de l’expédition n’est pas seulement de découvrir ce qu’il est advenu de ses prédécesseurs : une maladie inconnue s’est développée sur le chemin du corps de Gerald Clark rapatrié aux Etats-Unis. Et le remède se trouve forcément dans la forêt. L’aventure n’est pas de tout repos : mille dangers guettent, entre les moustiques et les scorpions, les lianes de feu et les fourmis voraces. Puis peu à peu, l’équipe va découvrir que la nature recèle de secrets dangereux et insoupçonnés. Des métamorphoses animales indiquent que quelque chose se trame au coeur de la forêt, et plus l’équipe avance, plus le danger devient oppressant. D’autant plus que ces aventuriers ne sont pas seuls, des yeux malveillants suivent leur progression.

Mon avis : C’est un véritable roman d’aventures auquel nous invite James Rollins. Le lecteur plonge dans la végétation avec l’équipe. Il ressent la chaleur, l’humidité, les piqûres d’insectes, mais aussi l’excitation, la peur, l’abattement. Les protagonistes sont une quinzaine au départ, mais devant les dangers rencontrés, tous ne parviennent pas à sauver leur peau. Les scènes décrites sont très visuelles, très vivantes, et donc d’autant plus angoissantes. La part de thriller est également passionnante et révèle toute son ampleur à la fin. A côté de l’aspect purement romanesque la portée du message scientifique est extrêmement intéressante, et développe les questions de biodiversité et d’osmose entre la nature et le règne animal.

Amazonia est un immense coup de coeur pour ma part ! Aventure, décors époustouflants, personnages charismatique, une intrigue passionnante du début à la fin… tout y est pour passer un excellent moment de lecture.

Pocket, 2012, ISBN 978-2-266-22037-8, 596 pages, 8,10 €

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Amazonia » de James Rollins »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s