« Le fantôme de l’opéra », Gaston Leroux

Lorsque j’étais au collège j’étais allée voir les copains jouer ce roman au théâtre. Et je n’en ai gardé aucun souvenir. Pourtant j’étais restée attentive, si si, mais je ne m’en souviens absolument pas. Et depuis j’aurais été bien en peine de raconter l’histoire, à part que ça parle d’un fantôme et d’un opéra, je ne connais absolument rien.

Mais comme Le fantôme de l’opéra faisait l’objet du Book Club du mois d’avril sur Livraddict, je me suis inscrite histoire de remédier à cette lacune littéraire.

Résumé : un fantôme erre dans l’opéra. Certains l’ont vu, d’autres entendu… Ce qui est certain, c’est qu’il possède sa propre loge, la n°5, et qu’il défend à quiconque d’y entrer pour assister aux opéras donnés. Les nouveaux directeurs croient qu’on leur joue une farce et essaient de démasquer la supercherie.

Mon avis : le roman commence par l’intervention directe du narrateur, qui explique qu’il a enquêté sur cette mystérieuse affaire, et qu’il va nous la raconter dans les détails.

Et effectivement, cela commence par la soirée donnée pour le passage de pouvoirs entre les directeurs démissionnaires et les nouveaux. Or, lors de cette même soirée, le chef-machiniste est retrouvé pendu. Mais la corde a disparu…

Les directeurs reçoivent un courrier du fantôme, et n’y croient pas une seconde. Pourtant Madame Giry, l’ouvreuse, les assure qu’elle laisse la loge n°5 à disposition du fantôme, et qu’après la représentation, il y a toujours un pourboire ou ses confiseries préférées posées à son intention. Tout le monde dans l’opéra croit dur comme fer à ce fantôme. Cette partie là est franchement plaisante. Des évènements très étranges se produisent, c’en est presque angoissant. Et comme le narrateur ne fait pas économie d’un peu d’humour c’est très agréable à lire, vivant et remarquablement écrit.

Mais il y a une intrigue parallèle et essentielle dans ce roman qui m’a profonfément ennuyée. Parmi les chanteuses de l’opéra,  Christine Daaé, bien que talentueuse, n’est pas la plus sollicitée. C’est pourtant sur elle que Raoul de Chagny a jeté son dévolu. Il la connaît depuis l’enfance, l’aime et veut l’épouser. Mais entre eux demeure un obstacle : le fantôme. Lui aussi semble amoureux de Christine. Mélomane, il lui a appris à améliorer son art sans se dévoiler, si bien que Christine ne sait pas exactement à qui elle a affaire. En bonne ingénue, elle a peur, s’évanouit, s’émeut pour un rien. J’adore les classiques mais ce type de personnage féminin m’insupporte. Et pendant un bon nombre de pages elle explique sa situation à Raoul, qui lui, en bon personnage masculin des siècles passés, joue son rôle de mâle protecteur et éperduement amoureux. C’est à ce moment que Gaston Leroux m’a perdue. C’est un passage très long que celui sur lequel on se penche sur ce couple empêché par le fantôme, et on perd toute la dimension tragicomique qu’avait prise la première partie.

Puis, les deux intrigues se rejoignent. Nous retrouvons nos deux directeurs complètement dépassés par les évènements, et là encore c’est drôlissime. Mais nous assistons également à la résolution progressive du mystère. Pour connaître un peu les histoires de Gaston Leroux, je savais un tantinet à quoi m’attendre. Et je n’ai pas été déçue ! Quelle ingénuosité ! Sans vouloir trop en dire la fin du roman recèle de trouvailles plus surprenantes les unes que les autres. Une bonne partie d’évènements qu’on ne savait expliquer trouvent finalement une explication satisfaisante. Toutefois, j’émets une réserve sur un certain don du fantôme, qui me semble complètement irréaliste, et sur le mystère de la lettre. Soit je rêvassais au moment de l’explication, soit le mystère n’est pas expliqué du tout. Mais globalement l’intrigue est vraiment bien ficelée.

En définitive j’ai passé un bon moment avec ce roman, même si mon ressenti est très partagé. A certains moments j’ai pris grand plaisir à le lire, à d’autres je doutais d’être capable d’arriver au bout. Mais en fin de compte mes efforts ont été récompensés. J’ai trouvé l’intrigue formidablement menée, et le final à la hauteur de mes espérances.

Mon édition : Maxi-livres, ISBN 978-2-743434309, 318 pages, 2 €

challenge-des-100-livres-chez-bianca (1)

Publicités

18 réflexions au sujet de « « Le fantôme de l’opéra », Gaston Leroux »

    1. Il faut savoir se faire violence et lire ces passages relativement ennuyeux, mais autrement j’ai vraiment bien aimé tout ce qui tournait autour de ce mystérieux fantôme 🙂

  1. Je l’ai lu il y a un ou deux ans et compte le relire « prochainement ». J’ai eu envie de le lire après avoir vu et écouté le film de Joel Schumacher (adapté de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber, mon dieu musical), donc j’étais déjà conditionnée et ai été plutôt étonnée par le premier aspect que tu as apprécié. Je crois me souvenir aussi que Christine était encore plus insupportable que dans le film… Je reviendrai comparer mon avis avec le tien quand je l’aurai relu. 🙂

  2. Quoi ? Encore plus insupportable dans le film ?! Ca promet ;p Et pourtant si j’en ai l’occasion je regarderais bien l’adaptation ciné, si c’est bien fait ça doit être pas mal du tout 🙂

    1. Encore plus incupportable [dans le livre] QUE dans le film 😉 Elle est nunuche dans le film, mais elle chante bien, donc ça compense. ^^ Je te conseille vraiment cette adaptation ! Elle n’est pas forcément très fidèle en tous points (l’aspect policier est quasi inexistant, le rôle de l’ami du Fantôme est pris par Mme Giry dans le film notamment et l’histoire du passé du fantôme est différente), mais c’est un magnifique film! Si tu aimes les films musicaux, n’hésite pas!

      1. Je ne pensais pas que c’était un film musical, et ce qui m’intéressait de voir justement c’est le côté policier. Mais j’aime ça les films avec des chansons, alors si je peux je tenterai quand même ^^

  3. Ca c’est un classique que j’ai toujours voulu lire sans jamais me lancer… Et en lisant ton avis, je ne sais toujours pas si je veux me lancer ^^ C’est le personnage de Christine qui me gêne, j’ai beaucoup de mal à lire si je n’accroche pas avec les personnages, alors j’ai peur de décrocher à cause de ça… à suivre .. ^^

    1. Mais toi tu aimes les histoires d’amour, peut-être que ça ne va pas plus te gêner que ça. Et ce personnage m’a ennuyé mais ça ne veut pas dire qu’elle t’ennuiera aussi 😉

  4. les vais étaient partagés sur le book club hier soir! J’étais ravie d’y participer pour voir à côté de quoi je suis passée, car pour moi ce fut une déception… (j’en tiendrai compte dans mon billet d’ailleurs…).
    Je découvre avec plaisir ton blog, on a pas mal de challenge en commun!
    A bientôt

  5. Comme disait Nathalie c’est rare que les avis divergent autant sur un livre. Comme j’ai pu le constater ici ou sur ma page fB de blog, ce livre est généralement un très bon souvenir. Mais sur les fils de discussion du book club je me suis aperçue qu’il y a vraiment des lecteurs qui ont détesté ce livre 😀
    Bienvenue ici en tout cas, et à bientôt !!

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s