Salon du Livre de Paris 2012

Voilà, c’est fait. Ca faisait des semaines que j’attendais ce 17 mars, pour ma première visite du Salon du Livre de Paris. J’en suis revenue sur les rotules mais c’était génial ! J’avais pris le temps de tout préparer, en faisant la liste des conférences que je voulais voir et celle des dédicaces que je voulais faire. Voici le détail de ma journée marathon 😉

11h00 : arrivée sur le Salon, après 1h00 de TGV puis 40 mn de métro. J’ai mal calculé le temps du métro, du coup j’ai couru pour trouver la première conférence du jour qui m’intéressait, le roman du « Je », avec en intervenant rien de moins que le Prix Nobel Kenzaburô Oe. Mais problème 1 : le pavillon japonais est à l’autre bout du salon. Problème 2 : les organisateurs ont vraiment voulu en faire un pavillon, ce qui implique que si tu n’es pas rentré à l’intérieur à temps, c’est fichu. En revanche les autres conférences étaient données sur des scènes ouvertes, donc même un visiteur non intéressé à la base pouvait s’arrêter et prendre la conf en route.

J’essaye d’écouter tant bien que mal, en profite pour regarder les stands Gibert Joseph qui ne proposent QUE de la littérature japonaise. Pour moi qui en suis tombée amoureuse c’est le paradis sur Terre. Et tout à coup j’entends : « Kenzaburô Oé va donner une séance de dédicaces ». « Quoi ? Mais c’était pas prévu, j’avais noté 17h00 !!! » Ni une ni deux, je file acheter le livre que je voulais et hop dans la file. Là je discute avec une femme super sympa, qui a les yeux qui pétillent en me parlant livres, ça en devenait agréable de faire la queue. Et l’organisateur vient nous dire : « Bon, à partir d’ici, je suis à peu près sûr que vous ne passerez pas ». Oui mais à peu près c’est pas sûr sûr…

11h45 : j’ai rendez-vous avec d’autres blogueuses à la fin de la conférence bit-lit à 11h30. A l’autre bout du salon. La fille et moi on a fait deux pas depuis qu’on est venu nous dire qu’il y avait peu de chances qu’on passe avant 12h00. Je jette l’éponge pour les deux.

J’en profite que ce soit encore assez calme dans les allées pour faire des photos. Je mets mon badge de professional, histoire que les gens ne se demandent pas pourquoi je mitraille autant… C’est bête mais je me dis que ça passe mieux quand on montre qu’on est du même milieu.

 

12h00 (environ) : je vais au stand Krakoën pour voir les Exquismen, Paul Colize, et qui sera là… Je connais toutes les têtes, je trouverai bien quelqu’un. Personne au stand, et sur la petite table à côté je ne reconnais personne non plus. La journée commence super bien, rien ne se passe comme prévu 😦 Juste à côté il y a le stand des Editions La Madolière, je voulais voir l’éditrice qui m’avait gentiment donné à lire le roman d’Amelith Deslandes avant même qu’il ne soit imprimé. Elle n’est pas là, il y a juste un mec derrière le stand. Avec le bol que j’ai ça ne va même pas être Amelith… Si !!! Cool, je discute avec lui de son bouquin, lui dis ce que je n’ai pas compris, et là il me dit « normal, y a pas de rapport ». Ah bah voilà, c’est pour ça. Chouette rencontre en tout cas, il a apporté un éclairage nouveau sur ma lecture, et puis il est sympa en plus Amelith. Je regarde à côté, je ne vois toujours personne de chez Krakoën. Tant pis, l’heure tourne !

13h00 : début des dédicaces BD. Les dédicaces BD c’est chouette parce que les dessinateurs te font des dessins à tomber, mais il faut bien qu’ils les dessinent, alors c’est long… Donc : prendre une seule BD et bien choisir. J’en avais sélectionné quatre et j’avais prévu de les feuilleter pour me décider. Donc direction les stands Le Lombard et Glénat quand tout à coup…

POINT CULMINANT DU SALON

J’avance, je regarde à droite, à gauche, et en face de moi j’entends : « Avec ma femme on vous a vu à la télé, je lui ai dit, il faut absolument que j’achète son livre ». Je me retourne, je vois l’écrivain de dos. Black. Un béret. Mon coeur commence à battre plus vite : « Quoi ? Alain Mabanckou ?! ». Il remercie le couple. Sa voix. Oh pu**** ! Le p’tit vieux demande s’il peut être pris en photo avec lui. Je m’incruste direct. Et il me serre fort l’épaule, je le serre aussi (tant qu’à faire) et ça donne ça :

Là je me suis dit il peut se passer n’importe quoi, je m’en fous. Mais je discute avec les p’tits vieux, on se donne rendez-vous pour sa dédicace chez Fayard.

13h30 : j’ai choisi ma BD, je fais la queue, je suis euphorique et de rester là à ne pas bouger dans cette file c’est comme être dans une camisole de force, j’ai envie de gambader partout. Mais après une attente de … longtemps, c’est enfin à mon tour de voir un des dessinateurs s’emparer de ma BD. Je le regarde faire, et j’avoue que je le regarde aussi, qu’on se le dise, Bastien Orenge (à droite) est super mignon. Je sais, la photo n’est pas éloquente :

 

14h30 (je pense) : pour ne pas me ruiner j’ai choisi d’aller du côté des poches, et j’ai repéré deux dédicaces chez Le Livre de Poche. Barbara Constantine et Tatiana de Rosnay. Mais la dédicace de Rose n’est prévue qu’à 16h00. Au moins j’ai déjà le livre.

15h00 : me voilà au stand Flammarion Jeunesse pour rencontrer le Lillois Chris Debien. J’ai lu Black Rain, j’ai adoré, j’ai pris le livre avec moi pour une petite griffe. Par chance pour moi, il n’y a personne, à part un libraire lillois que je reconnais d’emblée. Ils discutaient difficultés des libraires, ce sont des infos confidentielles donc je n’ai pas trainé longtemps. Mais j’ai récupéré deux badges et une sucette, sympa Chris ! 😉

15h30 : direction le stand Mnémos pour me faire dédicacer un des mes coups de coeur de l’année 2011 : La Geste du sixième Royaume d’Adrien Tomas. Un roman de fantasy qui m’a soufflée.  Comme je m’en doutais Adrien est simple, cool, intimidé aussi. Et il est en train d’écrire son deuxième livre, youhou !! Il a une très jolie écriture en plus, j’adore ma dédicace :

16h00 : je retourne au stand Livre de Poche pour la dédicace de Rose. Tatiana de Rosnay est quand même sublime, y a pas à dire. Gentille et tout, mais je crois que c’est son mari à côté qui la coache un peu parce qu’il l’interrompt en dédicace pour lui présenter je sais pas trop qui, et comme elle n’a pas le choix non plus elle laisse faire. Expérience bof quoi, mais pas par sa faute.

16h00 et des brouettes : direction Fayard. Alain Mabanckou me voit arriver « Ah, la photographe ! » Je laisse passer une femme avant, et dans un interstice j’aperçois Maxime Gillio pour la dédicace d’à côté. Je ne l’aurais pas vu chez Krakoën mais au détour d’un stand 😉 Après avoir dit à Mabanckou tout le bien que je pensais de lui je me retourne et vois mes p’tits vieux ! « Bah alors, il vous emmène pas aux Etats-Unis avec lui ? » 🙂 Toute chamboulée je vais dire bonjour à Maxime Gillio, dans un état légèrement second.

17h00: la dédicace de Kenzaburô Oé a été annulée et Gallimard lui a demandé de faire un effort. Certes il n’est plus tout jeune et on comprend qu’il soit fatigué, mais plein de gens ont envie de le voir. Donc dédicace maintenue. Un monde de taré, j’ai jeté l’éponge. Again. Je vais noyer mon chagrin sur le stand Gibert Joseph, et je me requinque assez vite. Y a pas à dire, je sens que la littérature japonaise et moi on est bien partis pour apprendre à se connaître et vivre une belle histoire.

Voilà, j’ai fait tout ce que j’avais prévu ! Enfin presque, je n’ai réussi à assister à aucune conférence, mais ce n’est pas bien grave. Et au hasard de mes déambulations j’ai croisé plein plein de célébrités : Aznavour, Dominique Sylvain, Marguerite Abouet, Nelson Monfort, Anne Sinclair, J-L Debré, Emmanuel Carrère, Philippe Delerm, Eric-Emmanuel Schmitt, Amélie Nothomb avec un chapeau d’enfer, Douglas Kennedy, Katherine Pancol, David Foenkinos, J-C Grangé, Alain Duhamel, Isabelle Alonso… et d’autres que j’ai certainement oubliés. Et surtout, j’ai vu François Busnel, que je vénère. J’ai essayé de le rattraper mais il marche trop vite pour moi …

18h00 : je m’apprête donc à quitter le salon quand je vois Antoine de Maximy, qui s’exclame « bon, bah je suis au chômage ». Personne ne se présente à lui.  Allez, je vais chercher le livre au stand La Martinière et je me plante devant lui. Vous le visualisez bien dans « J’irai dormir chez vous  » ? C’est le même. Chemisette rouge, sympathie au top, rien à dire. Enfin si, j’ai eu à dire quand même. Il m’a fait une dédicace super drôle en plus. J’ai quitté le salon sur un nuage.

Je tire mon chapeau aux organisateurs, parce que franchement, c’était bien rôdé. Le seul bémol serait le manque de visibilité des numéros d’emplacement sur les stands, j’ai tourné en rond plus d’une fois. Mais autrement c’était vraiment très bien 🙂

Et en rentrant à la maison à 21h20, je n’avais plus de jambes, plus de bras, mais plein de beaux souvenirs dans la tête et de belles acquisitions.

P’tit clin d’oeil à mes collègues des Chroniques de l’Imaginaire avec ce badge 🙂

Publicités

17 réflexions au sujet de « Salon du Livre de Paris 2012 »

  1. Pff ayé j’suis jalouse ! 😉

    Je suis contente que tu te sois bien éclatée !

    Finalement c’est à se demander si on devrait pas poser des vacances tellement il y a de conférences / stands / etc à faire.

    L’année prochaine, je mets de coté et j’essaie d’y aller au moins une journée ;=)

    1. Oh oui, faut que tu viennes !!!
      Honnêtement je pensais qu’une journée ça suffisait, mais non. Si tu veux assister aux confs, rencontrer les auteurs, et prendre le temps de connaître toutes ces maisons d’édition peu médiatisées, il faut vraiment le week-end. Mais bon, le budget est pas forcément là, et une journée c’est déjà bonheur 🙂

  2. Je suis ravie de voir que cette journée t’a beaucoup plu. J’ai vraiment très envie d’y aller mais, malheureusement, les dates correspondent toujours à celles de mes examens blancs.

    En tout cas, tu as fais de beaux achats !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s