« Running Man », Stephen King (Richard Bachman)

Voici mon premier billet dans le cadre du challenge Stephen King 2012.

Résumé : Ben Richards est chômeur, et ne peut plus payer les médicaments pour soigner son bébé malade. Alors qu’il abhorre la société dans laquelle il vit, dépourvue d’humanité, il ne voit d’autre solution que de s’abaisser à participer un jeu de télé-réalité pour gagner de l’argent. Mais il n’est pas sélectionné pour n’importe quel jeu : « La Grande Traque » est une chasse à l’homme. Pendant un mois, les participants doivent sauver leur peau, poursuivis par des Chasseurs. L’émission existe depuis six ans. Aucun candidat n’a jamais gagné.

Mon avis : c’est un roman que j’avais lu au lycée sur les conseils d’une amie, et que j’avais eu envie de relire récemment. Ce qui me plait beaucoup dans cette histoire c’est le côté précurseur. Running man a été publié en 1982, je n’étais pas encore née, et la télé-réalité n’existait pas, ou du moins pas du tout telle qu’on la connait maintenant. Or les procédés employés dans le roman sont très proches de notre télé-réalité actuelle : retransmissions en direct, caméras partout et mise à contribution des téléspectateurs. Nous n’en sommes pas au point de mettre en danger de mort les candidats mais psychologiquement tout le monde n’en sort pas indemne.

Richards vit dans le quartier sud de la ville, à Co-op City, gangréné par la misère. Les habitants rêvent de passer de l’autre côté du canal, au nord, où trône le Building des Jeux, le plus haut de tous les gratte-ciels. Le Libertel (télévision) est obligatoire dans toutes les maisons, et abreuve les miséreux de rêves qui les poussent à tenter leur chance aux jeux. Mais ne rentre pas qui veut où il veut. Les sélections d’entrée sont extrêmement rigoureuses et médicalement supervisées pour décider quel jeu sera attribué à chaque candidat retenu. Les hommes sont traités comme des choses, sans humanité, ce ne sont que des instruments qui servent à faire monter les audiences.

L’émission qui attire le plus de téléspectateurs est « La grande traque », car elle est spectaculaire, mais aussi parce qu’on peut gagner de l’argent en dénonçant les traqués afin d’aider les Chasseurs. Les participants doivent tenir 30 jours, se cacher comme ils peuvent, où ils peuvent sur un territoire sans limite. Une contrainte cependant : envoyer tous les jours deux cassettes pour prouver qu’ils sont vivants et pouvoir diffuser les images pour l’émission. La difficulté est de ne pas trahir son emplacement par ces cassettes.

La traque commencée nous suivons donc Ben Richards dans sa course contre la mort, et cette fuite pour survivre donne la chair de poule. Stephen King/Richard Bachman sait très bien nous donner l’impression que nous sommes nous-mêmes en danger de mort, et nous avons peur des choix de Richards. Faut-il se cacher là ? Cette personne est-elle vraiment fiable ? Le récit est d’autant plus oppressant que les caméras et les yeux des téléspectateurs sont braqués sur lui,  et que ces derniers ne souhaitent pas qu’il s’en sorte. Les gens ont perdu leur humanité. Mais heureusement, pas tous, et la lueur d’espoir qui viendra éclairer le chemin de Ben est un des passages qui m’a le plus marqué.

Le récit est aussi servi par une écriture percutante. Dès la première page Richards annonce à sa femme qu’il va faire un jeu pour le Libertel, et très vite tout s’enchaîne. Une fois arrivé au Building des Jeux il n’est plus qu’un animal qu’on apprête pour l’abattoir. Le compte à rebours s’enclenche et il n’y a aucun temps mort jusqu’à la dernière page.

J’ai beaucoup aimé ce roman, parfaitement rythmé, très dur mais pas si irréaliste que ça, et si j’osais le penser, presque visionnaire.

J’ai Lu, ISBN 2-290-30671-1, 250 pages (mais cette édition ne se trouve plus, c’est Le Livre de Poche qui a réédité, 6,00 €)

Publicités

21 réflexions au sujet de « « Running Man », Stephen King (Richard Bachman) »

  1. Je suis inscrite au challenge, et celui là fait partie de mes choix justement ! Je devrais le lire même en LC avec une autre participante ! PAr contre, je ne connaissais pas du tout le résumé et de ce que tu en dis, je suis très tentée ! Je sens que je vais bien aimé aussi ^^ J’ai même hâte de le lire maintenant, merci !!!

        1. Je n’en ai pas lu beaucoup, mais si tu n’aimes pas le côté horreur de Stephen King, je te recommande La ligne verte. Je compte faire un billet dans pas longtemps, tu en sauras plus. Et avec mon challenge je vais en découvrir d’autres, qui te feront peut-être envie aussi 🙂 J’espère en tout cas 😉

      1. je ne is pas franchement fan de l’horreur. Mais c’est vrai que j’ai beaucoup entendu parler de La ligne verte. J’ai d’ailleurs vu le film il y a quelques années maintenant. Tellement de livres à lire mais si peu de temps !

  2. Adapté au cinéma avec Arnold Schwarzenegger, celui-là, je m’en souviens encore x)

    Au fait, ceci est largement inspiré par Le Prix du Danger, de Robert Schekley, paru en 1958, et qui sera adapté au cinéma en 1983 par Yves Boisset.
    Pour King, livre en 1982, et film en 1987.

    Le procès pour plagiat a d’ailleurs été gagné par l’équipe du Prix du Danger contre Running Man (les films).

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Prix_du_danger_(film)

    1. En effet, les similitudes sont plus que frappantes ! Quant à l’adaptation au cinéma je ne l’ai pas vue, je ne suis pas très ciné à la base et quand il y a Schwarzenegger je sais en général que ça ne va pas être mon truc. Entre un livre et son adaptation au ciné il y a un monde ! Mais l’info que tu m’as livrée est troublante.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s