« L’Exquise nouvelle », 80 auteurs

Il était une fois un auteur très connu (indice dans le billet précédent) qui lança l’air de rien l’idée d’un cadavre exquis sur Facebook. Au même moment, sans le savoir, un autre auteur mentionna la même idée, au même endroit. Et tapi derrière son ordinateur, Maxime Gillio veillait au grain. Les coïncidences existent, et parfois il faut savoir en tirer parti. Un cadavre exquis sur Facebook ? Chiche !

Recadrons dans un premier temps l’idée du cadavre exquis. Jeu inventé par un groupe de surréalistes, il s’agissait de créer des phrases dans lesquelles chaque participant apportait son élément : noms, adjectifs, verbes, compléments… Vous imaginez le résultat, des phrases complètement loufoques, à l’image de leurs créateurs.

Le cadavre exquis des maîtres d’orchestre David Boidin et Maxime Gillio partait de cette idée là, avec un remaniement des règles inévitable pour que le résutat ressemble quand même à quelque chose. Les participants devaient écrire l’équivalent d’un statut Facebook (420 signes maximum) prenant la suite de ce qui avait été écrit auparavant. Le but : rester cohérent avec l’intrigue mais glisser un élément pour compliquer la tâche du suivant. Chacun intervenait dans un ordre précis, savait où en était le texte, et connaissait le dernier statut, déjà écrit, pour savoir comment orienter l’histoire. Au départ les créateurs de cette oeuvre facebookienne pensaient attirer quelques amis écrivains, mais au final ce sont 80 auteurs qui ont embarqué à bord de L’Exquise nouvelle, parmi lesquels Franck Thilliez, Laurent Scalese, Jean-Christophe Macquet etc. Alors, à quoi ça ressemble ? me demanderez-vous.

« … et je peux vous dire que si l’objet voit le jour, il sera à l’image de l’intrigue, complètement déjantée. » David Boidin, au sujet d’une version papier de L’Exquise nouvelle.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise. Déjanté, c’est le mot ! Parlons du texte pour commencer.

Résumé : le tueur à l’andouillette a encore frappé ! Une femme est retrouvée morte dans une boucherie. Le tueur l’a obligée à manger des andouillettes. Son tatouage en forme de coeur Vendéen correspond au profil, le tueur ne s’en prend qu’à des Vendéens. Le toxicologue Luc et le flic Moreau enquêtent. Luc va devoir renouer avec son passé, et la traque du meurtrier va le mener vers des révélations fracassantes.

Mon avis: Je m’attendais à une histoire loufoque de bout en bout, et je me suis presque trompée. Certes, il y a beaucoup de n’importe quoi, mais c’est un peu comme dans un film des Monty Python : le n’importe quoi accompagne toujours une véritable intrigue. Ici c’est clairement le cas. C’est une vraie nouvelle policière, avec des meurtres, du suspense, des suspects innocentés et inversement. Le fil conducteur tient la route, mais il y a un paquet de noeuds sur ce fil, et chaque auteur s’en est donné à coeur joie. C’est noir, c’est trash, c’est glauque, c’est plein de jeux de mots qu’aucun auteur n’aurait osé mettre dans un de ses romans ( » Allez Dark, va dehors ! », « Very bad tripes »), et c’est surtout très drôle !

Franck Thilliez et Maxime GILLIO en maître de conférence
Conférence sur l'Exquise nouvelle lors du salon de Dainville (Franck Thilliez - Maxime Gillio)

Ce qui est aussi très frappant c’est la bonne entente qui se dégage du texte. Personne n’a semblé vouloir tirer la couverture à soi, et a au contraire fait très attention aux productions de ses prédécesseurs. Ce qui a été utilisé innocemment avant est repris plus loin, une balle saisie au bond par l’un ou l’autre (le chinon semble inspirer pas mal d’auteurs ^^). Et le père Maxime par exemple, une allusion à Maxime Gillio, qui aurait pu ne rester qu’une allusion si Valéry Le Bonnec ne l’avait pas fait apparaître dans son statut. Au final ça donne un texte déjanté, effectivement, mais tiré par de fines ficelles, puisque les organisateurs devaient cadrer un minimum les auteurs. Et j’ai beaucoup ri en lisant « Attends, on raconte au présent ou au passé, finalement ? ». Il est vrai que la concordance des temps commençait à ne plus tenir la cadence.

Le mot d’ordre était « plaisir, déconnade et mixité ». Mission accomplie !

La version papier : Les Exquismen ne se sont pas contentés de nous livrer la nouvelle terminée. Ce petit ouvrage nous permet de découvrir toutes les étapes, depuis la lettre d’appel aux participants jusqu’au bêtisier avec les versions refusées. Le nouvelle est d’abord présentée telle quelle, puis découpée par statuts, avec nom d’auteur et mini-biographies. Il y a beaucoup d’écrivains, mais pas seulement. Pas mal de nordistes, mais pas que. Et surprise, les statuts les plus trash sexuellement ne sont pas écrits que par des hommes ! (oui, je crois que seuls les hommes ont des idées aussi tordues, grave erreur). Au milieu de la nouvelle statut par statut s’est infiltrée une page dédiée aux sponsors, notamment la charcuterie Auradanlos de Tulle. Un p’tit côté Fluide Glacial qui n’est pas pour me déplaire.

Alors non, ce n’est pas le chef-d’oeuvre qui fera la fierté de votre bibliothèque, et il faut assumer de ne pas tout comprendre, le passage d’une situation à une autre n’est pas toujours très clair. Mais c’est une initiative courageuse qui sous ses airs de délire interactif a demandé de l’investissement de la part de tous. Je salue aussi l’humilité de chacun, prêt à jouer le jeu sans peur d’écorner son image.

Je précise que ce petit livre de 107 pages coûte 10 €, et que les droits d’auteur sont reversés à l’association Ecoute ton coeur, qui oeuvre pour l’insertion des enfants autistes dans la société.

Certains auteurs de L’Exquise nouvelle seront présents dimanche 18 mars au Salon du Livre de Paris. Je vais pouvoir compléter ma collection d’autographes 🙂 Et une saison 2, à laquelle je participe par incident, est en train de s’achever. Je vous en reparle dans la semaine !

Editions La Madolière, ISBN 978-2-917454-06-0, 107 pages, 10 €

Publicités

4 réflexions au sujet de « « L’Exquise nouvelle », 80 auteurs »

  1. QUOI !!! Je n’ai pas commenté ton billet sur l’exquise nouvelle ???

    Alors je l’ai reçu en cadeau lors de la saison 2, pour le bon geste du coup, j’vais me rattraper en achetant Les auteurs du Noir face à la différence.

    Alors pour en revenir à l’exquise nouvelle, j’ai A-DO-RE !!!! Je n’avais du tout suivi le concept sur FB. J’ai beaucoup rit, c’est parfois glauque ou « gore » mais c’est NOIR et c’est super bien fait !!!
    On pourrait penser que ça manquerait de cohérence mais pas du tout, l’histoire bien que parfois loufoque, se tient parfaitement ! On s’attache même à ce flic et on a devant nous une vraie histoire !!!
    Quel boulot de l’équipe!

    La version papier est super chouette, contente d’avoir la nouvelle d’un bloc mais de pouvoir voir aussi les statuts tels qu’écrit sur FB. Les « bonus » sont aussi fort sympathiques.

    Vivement la saison 2 en livre aussi !!!!

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s